Pourquoi un peu de technique ?
  • Pour répondre à vos interrogations, pour vous permettre d’approfondir vos recherches pour l’achat d’un type de chauffage et aussi en réaction à une certaine banalisation de la part de la concurrence concernant les risques importants liés à l’utilisation des appareils de chauffage au bois.
  • Remarque : acheter dans un magasin de bricolage ou sur internet, par exemple un meuble, cela n’a pas les mêmes implications que l’achat d’un poêle à bois ou d’un insert. Les meubles sont sans risques contrairement à un poêle à bois ou un insert. En cas de disfonctionnement, cet appareil est capable d’engendrer un incendie aux conséquences graves pour votre maison (voir information concernant ces risques en deuxième partie de notre exposé).
  • Cette étude ne prétend pas être scientifique, elle est seulement le fruit de plusieurs décennies d’expérience dans l’utilisation, la pose et la fabrication de cheminées et des divers moyens de chauffage au bois.
  • Comment chauffer une maison ?
    Pour chauffer agréablement et confortablement une maison, cloisonnée par des murs pour constituer un ensemble de pièces à vivre, il faut des points chauds dans chaque pièce. Ceux-ci sont constitués, soit par les radiateurs du chauffage central, soit par des convecteurs électriques ou gaz, ou soit via un sol chauffant sur toute la surface de la maison.
    Sur le dessin ci-contre, on peut remarquer que chaque radiateur constitue un point chaud qui chauffe chaque pièce, suivant la puissance des radiateurs ou des convecteurs électriques. Ainsi toute la maison est chauffée d’une façon régulière, le thermostat d’ambiance régulant la température.

    Nota: Plus les radiateurs, de préférence en fonte, sont sur-dimensionnés, moins ils nécessitent une température d’eau élevée de la chaudière et donc moins ils consomment d’énergie. (Charbon, gaz, électricité, bois, granulés, etc...).
    En conséquence, si dans le séjour de cette maison, on pose soit un poêle à bois, un insert ou un foyer dans une cheminée, on constituera un point chaud, plus puissant que les radiateurs du séjour mais incapable de chauffer l’ensemble de la maison.
    Un poêle à bois constitue un pôle unique, un point chaud de chauffage. Il correspond donc à un type de confort particulier: le chauffage rayonne autour du poêle et décroit avec l’éloignement. Il faut toujours privilégier les appareils inserts ou foyers, qui sont ventilés par des turbines qui harmonisent la répartition homogène de l’air chaud (voir figure ci-dessus: TURBINES).
    Si vous désirez chauffer plus que le séjour de votre maison, il faudra installer une distribution de chaleur, ventilée mécaniquement. Sur le schéma ci-dessous à droite, la sortie sera située dans le couloir qui dessert les chambres. Ou si il existe un étage, dans la partie palière desservant les chambres. Ce que ne pourra pas faire un insert ou un foyer basique non prévu pour cet usage.
    Pour nous, l’installation idéale pour chauffer une maison est une cheminée capable de relayer le chauffage central. Le système devra être indépendant de votre fournisseur d’électricité pour fonctionner dans toutes les conditions.
    La diffusion de l’air chaud sera assurée par gaines pour une parfaite répartition de la chaleur pulsée. Le système à air sera associé à un puits canadien ou provençal permettant une arrivée d’air « neuve » dans la maison, sans recyclage de poussières, à température constante de 10 à 15°, permettant le rafraichissement de la maison l’été et un chauffage idéal l’hiver.
    Le renouvellement constant de l’air de la maison apportera un confort inégalé aux occupants de la maison
    et répondra aux derniers critères des "Habitats sains, contre la pollution interne des lieux de vie".
    Le puits Canadien ou Provençal, est un système ancestral méconnu qui peut réduire la température de 5 à 10° C dans votre maison les jours de canicule et diminuer la consommation de chauffage l’hiver.
    Le système se sert de l’inertie thermique du sol. En été, au lieu de faire entrer de l’air à 35° C, ce puits insuffle de l’air à 25° C. En hiver, au lieu de faire entrer de l’air à -4° C, il entre à 10° C.
    L’astuce est de faire passer l’air par des tuyaux enterrés de 1,5 à 2 m de profondeur, comme le montre le schéma du puits Canadien (ci-contre), puis de le faire aboutir dans un sous-sol sain, une cave et de le brancher à l’entrée d’air de votre système de chauffage adéquat.
    Une grande cave ou un sous sol sain et ventilé, s’apparente déjà à un mini puits Canadien ou Provençal.
    Notre avis concernant les dernières normes d’isolation des maisons.
    La sur isolation des maisons permet une économie certaine de chauffage. La recherche de la moindre entrée d’air extérieur parasite (porte, fenêtre, etc) empêche le renouvellement d’air neuf et entraîne automatiquement la mise en dépression de la maison.
    Il faut en conséquence, soit recevoir du monde ou sortir beaucoup de chez soi pour renouveler l’air de la maison ou comme souvent préconisé, ouvrir les fenêtres pendant un quart d’heure par jour pour aérer l’habitation, tout ceci est incompatible avec les économies de chauffage.
    Pour compenser, on installe des ventilations mécaniques simples qui extraient l’air de la maison et aggravent cette dépression, rendant cette maison incompatible avec une cheminée, un poêle ou tout autre appareil de chauffage.
    L’installation d’une VMC à double flux compense une partie de cette dépression de manière plus satisfaisante.
    De plus, en cas de panne d’électricité, plus rien ne fonctionne, ni le chauffage, ni la ventilation. Si on inverse le processus, la maison sera en surpression légère, plus de dépression, le chauffage sera plus facile, les fuites d’air extérieur des portes, fenêtres ne seront plus une source de refroidissement et si vous sortez de chez vous, la chaleur vous accompagnera dehors (sauf par temps venté), sans refroidir l’habitation, un renouvellement d’air garanti, donc un plus grand confort de vie.